La date de construction de cet orgue est inconnue. Le meuble comporte la plaque des frères John et Eugène Abbey de Versailles, fils du facteur John Abbey. Néanmoins, le buffet en chêne, à façade plate très sobre, de même que certains détails de facture, font penser à une réalisation des années 1840-1850.

Le meuble serait donc plutôt contemporain de John Abbey père ; il présente des analogies de conception avec d’autres buffets d’orgues, comme celui de St-Etienne de Corbeil-Essonnes ou encore celui de Charnizay en Indre et Loire. On peut trouver parmi les jeux intérieurs un jeu de Bourdon en bois à tampons percés également représentatif de la facture de John Abbey père. Au vu de la profondeur d’origine du buffet, encore bien visible, il s’agissait probablement à sa construction d’un instrument plus réduit, ne comportant qu’un seul clavier disposé en fenêtre. Divers indices laissent penser que la console aurait été placée derrière l’instrument comme ce fut le cas également à Corbeil-Essonne (église St-Etienne).

Une archive paroissiale nous indique que cet instrument n’a pas été construit initialement pour l’église de Ville-d’Avray. Les fils de John Abbey ont transformé et agrandi l’orgue de John Abbey : le plan de Récit expressif a été installé par la suite. Il est installé en boîte expressive derrière le meuble originel en chêne qui a gardé sa profondeur d’origine. Si l’on ignore la date de ces travaux, il est plus que vraisemblable que ces travaux ont été réalisé par les frères Abbey, ne serait-ce que par la présence de leur plaque d’adresse outre des détails de facture propres à ces facteurs d’orgues.

En concertation avec les utilisateurs locaux (organiste titulaire, professeur d’orgue du conservatoire) et après avoir pris connaissance des préconisations de M. Henri de Rohan, chargé de mission à l’ARIAM Ile-de-France, les orientations du programme de travaux ont été les suivantes :

– Rapprocher le buffet autant que possible en avant de tribune : pour cela nous avons remplacé la console indépendante par une console en fenêtre placée dans le soubassement du buffet de John Abbey. À la différence de la console d’origine, cette console se situe devant le buffet et non derrière.

– Reconstruire partiellement la mécanique des notes et des jeux pour s’adapter à la nouvelle console.

– Placer la Pédale diatoniquement de part et d’autre des plans manuels dans une disposition perpendiculaire à la façade, les aigus vers l’avant. Améliorer la composition par un enrichissement en jeux. Pour cela nous avons dû reconstruire les sommiers ainsi que la mécanique des notes et des jeux.

– Recomposer les plans sonores manuels en équilibrant mieux la composition tout en conservant la base de Abbey et en la complétant de nouveaux jeux de meilleure qualité que les existants ou mieux intégrés sur les sommiers.

Composition :

G.O. 56 notes
Récit expressif 56 notes
Pédale 30 notes
Bourdon 16’
Montre 8’
Flûte Harmonique 8’
Bourdon 8’
Prestant 4’
Flûte 4' (chape libre)
Nazard 2’2/3
Doublette 2’
Tierce 1' 3/5
Plein-Jeu IV
Salicional 8’
Flûte Bouchée 8'
Voix céleste 8'
Flûte Octaviante 4’
Octavin 2’
Basson/Hautbois 8’
voix Humaine 8’ (chape libre)
Trompette 8'
Clairon 4'
Soubasse 16’
Flûte 8’
Octave 4'
Anche 16'
Trompette 8' (chape libre)
Accessoires
Accord :
Trémolo
Tirasse G.O.
Accouplement Récit/G.O.
Appel Anches 
Octave grave Récit/G.O.
440 Hz. égal

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s