Bref historique de l’Orgue de PESMES

Les archives nous apprennent qu’il existait déjà un orgue dans l’église de Pesmes, au moins depuis la fin du XVII° siècle.

Le 22 février 1725, le Magistrat de Pesmes traita avec Guillaume Mourez, organiste facteur d’orgue installé à Auxonne, pour la construction d’un orgue neuf.

Dans son devis, Guillaume Mourez ne devait réutiliser de l’ancien orgue que les tuyaux de façade, à compléter dans les basses. La mise en place eu lieu le 9 mai 1727.

Nous savons aussi que l’instrument fut réparé en 1772 par l’Abbé Baudran puis par Tourey en 1847. L’orgue devait rester à peu près intacte jusqu’en 1934 où Jules Bossier rendit la façade muette et modifia profondément le reste de la tuyauterie. Il préserva toutefois le sommier du G.O. et sa mécanique.

En 1978, Jean Deloye restitue l’instrument de Mourez dans son état d’origine.

Le relevage de 2019

Ce relevage à consisté principalement à dépoussiérer l’instrument, à colmater certaines fuites au nivaux des soufflets et de l’enchapage, à reprendre aussi quelques petits défauts d’harmonie et d’accord qui étaient apparus depuis la restauration de 1978.

Aussi, le fait d’avoir revu l’étanchéité du système, a fait ressortir un défaut d’alimentation qu’il nous a fallu corriger. Nous avons donc allégé les soupapes anti-retour des soufflets cunéiformes qui par leur poids, provoquaient un léger tremblement à chaque attaque de note, donc assez gênant, tant pour l’organiste que pour les auditeurs.

À l’issue de ce relevage, s’est créée Orgue & Musique Pesmes, une association dynamique, dont le but est de faire vivre l’instrument révisé, notamment par divers animations et concerts de qualité.

COMPOSITION

Grand-Orgue 48 notes (C,D→c5)Pédale 17 notes (C,D-f2)
Montre 4′Trompette 8′
Bourdon 8’
Flûte 4′Tirasse obligée
Nasard B/D
Doublette
Tierce B/D
Fourniture II
Cymbale II
Cornet VTremblant
Trompette 8′ B/D

Particularités :

Les coupures en basses et dessus sont situées entre c3 et c#3. Le Cornet débute au c3.

Les basses de Montre en façade sont en fer blanc, probablement d’origine. La Trompette du G.O., qui semble être de Callinet, a la première octave cylindrique (en fait, très légèrement conique).

Le pédalier est de type français et la Trompette de Pédale est du XIX°, avec des corps en sapin.

Le tempérament est mésotonique et le diapason à 425 à 18°. La pression est de 68mm

Il y a deux soufflets cunéiformes actionnables à la main et aussi un ventilateur électrique en caisson insonorisé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s